11 mai 2014

5 sports complètement débi... insolites. (pour remplacer le Curling aux J.O.)

L'important, c'est de finir entier.


Il n'y a pas si longtemps, c'était les J.O. à Sochi. Un reste d'intérêt pour certaines disciplines spectaculaires m'ont conduit à suivre de loin en loin la diffusion des épreuves sur France 2. Grand mal m'en à pris, car moi qui souhaitais frissonner devant le Saut à skis ou encore jubiler devant les chutes en Ski de bosses, je me suis retrouvé plus souvent qu'à mon tour scotché devant de bien ennuyeuses parties de Curling, sport incompréhensible et soporifique par excellence, que même les pourtant très bavards journalistes sportifs de France Télévision sont incapables de commenter.

Littéralement hypnotisé par le spectacle, il m'est vite venu une idée qui s'est presque de suite transformée en volonté farouche : « Quitte à introniser un sport complètement absurde aux J.O, autant en trouver un qui bouge, qui déchaîne de violentes et incompréhensibles passions ! De l'action, que Diable ! »

Et c'est ainsi qu'après quelques fructueuses recherches, je suis en mesure, chers lecteurs, de vous fournir un juteux Top 5 des sports les plus absurdes, débiles, dangereux, que je VEUX voir figurer lors des prochaines Olympiades. Je pars pour Lausanne avec mon dossier pour le CIO sous le bras. Va y avoir de la danse c'est moi qui vous le dis ! 






1 – Pas de quoi en faire tout un fromage ?



Si on vous disait qu'il existe un sport où les concurrents viennent par centaines s'éclater volontairement et joyeusement la tronche du haut d'une colline, et que si ils en sortent indemnes ils en redemandent, vous répondriez qu'il faut pas vous prendre pour une buse, non ?

C'est parce que vous ne connaissez pas le CHEESE ROLLING.

Sur la colline de Cooper's Hill à Brockworth au Royaume-Uni, tous les ans, une foule de participants vient tenter sa chance à ce jeu qui consiste à se lancer, du haut de la pente, à la poursuite d'un gros fromage : le Double Gloucester, beau bébé de 3,2 kilos environ. C'est simple : le Maître de Cérémonie, costume à l'appui, lance le fromage et la multitude s'élance, dégringole, tourneboule, glisse, rebondit violemment sur le sol jusqu'à épuisement ou même plus souvent fracture, comme en témoigne la présence et l'activité soutenue de dizaines d'équipes de sauvetage et d'ambulances qui enfournent les blessés dans les fourgons avec la régularité d'un boulanger avec ses baguettes.

Personne ne sait vraiment d'où vient ce sport. Tout le monde s'accorde à dire en revanche qu'il se pratique depuis au moins 200 ans. Certains pensent même (tenez-vous bien) qu'il s'agit à la base d'un ancien rituel païen pour aider à... la guérison.

Il est à noter que le fromage, une fois lancé, peut atteindre une vitesse de 100 km/h, qu'un spectateur en a d'ailleurs, je vous laisse imaginer, pris un dans la tronche en 1997, et qu'en théorie le gagnant est celui qui réussit à attraper le fromage ce qui, bien évidemment, arrive très rarement.



2 – Brigitte Bardot, on l'emmerde !


Pour commencer, âmes sensibles allez directement au numéro 3 si vous tenez à garder votre dernier repas à l'intérieur de vous-même.

En Afghanistan comme partout ailleurs, quand on s'ennuie et qu'on a un peu de sous sur soi, il est très fréquent d'aller voir des courses de chevaux... mais qui n'ont rien à voir avec celles du PMU du coin, croyez-moi.

Le BOUZKACHI est une affaire sérieuse en Afghanistan, LE sport national pour tout vous dire. Et la encore les règles sont assez simples :

Une centaine de cavaliers répartis en équipes de dix joueurs se tiennent prêts sur un terrain carré de 400 m de côté. Un arbitre vient alors poser sur le sol au milieu du terrain une carcasse de chèvre, de veau ou de mouton décapitée. C'est à ce moment là que les cavaliers se ruent sur le morceau de viande. Commence alors un match de 45 minutes durant lesquelles les participants vont se disputer férocement la carcasse, lors de viriles mêlées à cheval ou tout est permis. L'objectif : être les premiers à poser la carcasse dans une zone déterminée qui sert de but. Les joueurs portent un grand nombre de protections pour atténuer les coups de pieds, de poings et de fouet (si si) de leurs adversaires.

Le Bouzkachi est pratiqué dans toute l'Asie Centrale depuis très longtemps et les Ouzbeks sont reconnus comme grands champions de la discipline.

Il est à noter que dans le passé, le corps d'un ennemi tué au combat pouvait servir de carcasse, qu'à
l'origine, il fallait galoper vers un but placé souvent à plus de deux kilomètres, au travers des adversaires armés de fouets, puis rapporter la carcasse au point de départ. Il est également intéressant de savoir que les chevaux utilisés pour ce sport sont spécialement entraînés et coûtent très cher.


3 – Sport cérébrAÏE !


Exit les mots croisés. Has-been le sudoku. A la ramasse le Professeur Layton.

Aujourd'hui pour dynamiser vos neurones, ou plutôt pour les dynamiter, soyons honnêtes, il existe le CHESS BOXING.

Cette discipline est née dans les années 2000, et elle très sérieusement régie par la WCBO (World Chess Boxing Organisation). De plus, devinez quoi ? Cocoricoooooo ! C'est à un français qu'on la doit, et pas n'importe lequel s'il vous plaît, car c'est une discipline imaginée à la base par Enki Bilal dans sa bande dessinée Froid Équateur. Depuis, l'eau à coulé sous les ponts et depuis le premier match organisé en 2003, le Chess Boxing est devenue une discipline à part entière.

Les règles ici ? Encore une fois ultra simples on vous dit, puisque deux concurrents s'affrontent sur un ring dans un combat alternant au maximum 11 rounds : 5 rounds de boxe anglaise et 6 rounds d'échecs. Les deux opposants doivent respecter scrupuleusement les règles de ces deux disciplines. Il doit être alors très curieux et finalement très drôle de voir ces deux opposants se mettre copieusement sur la tronche et ensuite essayer de se concentrer pour déplacer correctement les pièces sur l'échiquier sans faire n'importe quoi.

Il est à noter que le match peut être bien évidemment remporté soit par échec et mat, soit par K.O.

Ça c'est très drôle.


4 – Le virus du Tibia ?


Les arts-martiaux vous tentent ? Vous n'avez jamais réussi à en choisir un ? Vous vous perdez dans ce fatras d'anciens et de nouveaux arts-martiaux au noms tous plus imprononçables les uns que les autres ? Vous avez peur de ne pas adhérer à certains aspects vaguement philosophique de la discipline ? Ce que vous cherchez en fait c'est quelque chose de radicalement nouveau et exutoire ? Avec peu de règles pour s'embarrasser l'esprit ?

Optez pour le seul et unique art-martial typiquement Britannique :

Le SHIN KICKING.

Comme son nom l'indique, le Shin (tibia) Kicking (frapper) est fait pour vous ! Là règle du jeu ? Rien que du basique : A chaque round, les deux adversaires se tiennent face à face par le col de la traditionnelle tenue de Shin Kicking, une blouse blanche, et essayent simplement de défoncer le tibia de l'adversaire jusqu'à ce qu'il s'effondre au sol (éventuellement en pleurant sa mère). Le gagnant est le premier qui réussit la prouesse 2 fois sur 3

Né en Angleterre au début du 17ème siècle, le Shin Kicking est devenu un sport pratiqué dans diverses manifestations sportives célèbres au Royaume-Uni jusqu'à sa discrète disparition en 1850. Depuis les années 1950 on assiste à une véritable renaissance de la discipline, et des milliers de britanniques se déplacent tous les ans pour assister, voire tenter leur chance aux World Shin Kicking Championships.

Il est à noter qu'on s'y fait naturellement très bobo, malgré le réglementaire rembourrage de paille glissé dans le pantalon au niveau des tibias. Et il également à noter que la légende dit que les grands champions de Shin Kicking des temps jadis avaient pour habitude de s'entraîner à supporter la douleur en portant des protections de fer dans leurs jambes de pantalon afin d'encaisser des coups de marteau.


5 – Dans la catégorie « Mais pourquoi ? »


Alors là, j'ai envie de dire : « Heureux les imbéciles... »

Car pour terminer ce Top 5 c'est effectivement un truc bien imbécile (et donc malheureusement bien officiel) que je vous présente. J'ai nommé le ULTIMATE TAZERBALL. Allez, vous savez quoi ? Eh bien ça se passe tout simplement de commentaires, jugez par vous même. Sommes nous en présence d'un sport de notre futur ?



Bonus 1 : En parlant de sport du futur.


Malgré ce qu'on pourrait croire je ne suis pas un anti-sport, bien au contraire. Et à ce titre en faisant mes recherches je suis tombé sur un sport Américain très récent (2008) que je trouve fort classe et auquel je m’intéresserai peut-être un de ces jours... hallucinatoire mélange entre Basketball, Handball et Football joué sur un terrain rond, je vous présente le KRONUM


Bonus 2 : Ils se sont battus pour être dans ce Top 5



EUKONKANTO


LE HOCKEY SUBAQUATIQUE

LE KIN BALL


LE BALLET A SKI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire